Saint-Sylvestre accueille les présidents des associations de Bardonnex

Imprimer

C27C504B-29FD-41A8-BC6E-558B9767C7F2.jpeg

Une trentaine de présidents et représentants des associations de la commune de Bardonnex a répondu présent à un apéritif offert par le Conseil de paroisse, mardi 14 septembre. Une chouette ambiance autour d’une table bien garnie et fleurie. Sur le coup de 18h, le président de la paroisse a prononcé quelques paroles, rappelant la genèse de ce nouvel espace de rencontre, félicitant les présidents sans qui la vie locale serait bien morne et triste, rappelant que Compesières est entré dans l’histoire en 1270 par le don de l’église à l’ordre hospitalier des chevaliers de Malte.

La soirée s’est poursuivie par l’assemblée du cartel des associations dans la salle du premier étage. Luc Lavarini, adjoint aux bâtiments, a remercié la paroisse de son accueil. Parmi les événements à venir, on notera le retour de la Pati du 8 janvier au 27 février 2022 et le 201e anniversaire de la compagnie des pompiers le 3 septembre. 

Dans une deuxième prise de parole, le président a brièvement informé l’assemblée du projet de construction d’un nouvel orgue dans l’église de Compesieres. Le projet conçu par Claire Haugrel qui s’est adjoint les conseils de Diego Innocenzi, organiste titulaire du victoria Hall notamment, est depuis ce printemps placé sous la gouverne d’un comité présidé par Véronique Dewaele de Bardonnex. Lors du dernier Conseil de paroisse, le 6 septembre, Claire Haugrel a déclaré avoir obtenu l’engagement ferme de trois sponsors pour un total de 1,8 million de francs. Elle se dit certaine de boucler le solde d’un budget estimé à ce stade à 2,1 millions de francs.

Ce projet dépasse de loin l’église de Compesières et s’inscrit dans une offre culturelle qui concerne tous les habitants et les communes de la région, a dit le président.  

Deux documents qu’on peut télécharger ici et donnent une bonne idée du projet qui veut agrandir l’orgue de 1923 dont le premier titulaire fut le compositeur genevois  André-François Marescotti

 

Voici le discours prononcé par le président de la paroisse à l’occasion de cet apéritif. 

Monsieur l’adjoint, chers présidents, chers invités, chers habitants de Bardonnex, chers paroissiens 

C’est un très grand plaisir que de vous accueillir dans cette magnifique salle Saint-Sylvestre. En raison de la pandémie et de quelques autres événements, nous inaugurons petit à petit ce magnifique bâtiment. J’excuse d’ailleurs celui qui fut une des chevilles ouvrières de cet ensemble, André Crettenand, qui a présidé durant une vingtaine d'années, jusqu’à ce mois de juin, à la destinée de la paroisse de Compesières. 

Vingt ans et même un peu plus, c’est le temps du désenchevêtrement des biens de la paroisse et de la commune. Il a fallu être patient. La gestation a été longue, parfois douloureuse, emplie de cris et de chuchotements. 

Enfin, l’enfant a paru. La salle St-Sylvestre est là: avec ses poutres recyclées, sa maçonnerie savante, son air bien conditionné. Les douleurs de l'enfantement sont oubliées.  Les premiers usagers sont enchantés. Nous espérons faire de cet espace un lieu de rencontre ouvert à toutes et à tous. 

Nous sommes particulièrement heureux d’accueillir en ces murs, où coulèrent le vin et le lait, les plus jeunes enfants de l'école de Compesières. Partagent-ils, comme nous à leur âge, des histoires de chevaliers, revenant d’Orient, les yeux brillants, le cœur lourd de batailles épiques? D’autres guerriers, d’autres fées les ont remplacés. Ils ont pour nom Ninjagos, Captain America, Reine des Neiges…?

Si Compesières est un haut lieu de la campagne genevoise, c’est bien aux chevaliers de Malte que nous le devons, qui ont porté loin à la ronde sa renommée. On nous dit de manger local. N’oublions pas non plus nos racines.

Par un curieux hasard, voilà que des passionnés du Moyen Âge vont dresser ce prochain week-end, ici, à Compesières, des tentes multicolores, organiser des joutes, servir des repas à la sauce Kamelott, cogner le fer, pétrir la glaise et le froment, à la mode de ce temps jadis, mystique et mystérieux.

Qui se souvient parmi vous de 1971. Il y a 50 ans tout juste? Des habitants de notre commune, emmenés par Louis Boymond, Alfred Barthassat, Yves Brun, prenaient au mot le maire d’alors, Jacques Delétraz, inspecteur d’école et historien local à ses heures. 

La commune venait d’achever les travaux de rénovation du deuxième étage du château. Cela valait bien une fête. Toute la population et les associations de la commune se sont alors mobilisées comme un seul homme. 

C’est l’occasion de vous féliciter vous les présidents et représentants des associations. Vous êtes la vie de ce coin de terre. On ne vous remerciera jamais assez.

La commémoration de 1971 fut grandiose. Les faits sont  bien connus:  En 1270, l’évêque de Genève donne la chapelle de Compesières à l’ordre hospitalier des Chevaliers de Malte. Deux siècles plus tard, ils bâtissent une maison carrée, agrandissent le sanctuaire. Ils y établissent leur commanderie. On ajoute des tours. La révolution française chasse les Hospitaliers. La Mairie de la commune de Compesières rachète le château et y installe l’école. L’église est encore agrandie en 1830. C’est alors que se dessine la silhouette de Compesières, si caractéristique au soleil couchant, quand on monte de Genève et de Saconnex-d’Arve vers la Savoie puis vers la France, sur ce chemin de Compostelle, que tant de pèlerins parcourent encore. 

Un mot encore pour rappeler que Saint-Sylvestre n’est pas seulement la fête des bulles de champagne, des cotillons et des feux d’artifice de la fin de l’année. Sylvestre fut le trente-troisième pape de Rome. Il vécut au temps de l’empereur Constantin lequel, après s’être converti au christianisme, étatisat la religion des adeptes du Christ. Pour son plus grand bonheur. Pour son plus grand malheur aussi. 

Voilà, la salle Saint-Sylvestre vous accueille. Nous vous souhaitons une bonne soirée et de fructueuses discussions dans la salle à l’étage, qui elle n’a pas encore de nom. Le temps n’est sans doute pas encore venu de l’appeler Walder-Crettenand. En revanche, dans notre château, je verrais bien qu’on baptise un espace du nom de notre maire Jacques Delétraz. 

Merci de votre attention. Santé!

Les commentaires sont fermés.