Ave Verum à Compesières

Imprimer

A683D58E-527C-45EA-9BEA-51209CFAA7B5.jpeg« Salut vrai Corps (du Christ), né de la Vierge Marie, 

Ayant vraiment souffert,

immolé sur La Croix 

Pour le salut des hommes…

Ave Verum, Corpus natum de Maria Virgine…

ça fait tout drôle, pour un ancien président de la chorale de Compesières (votre serviteur), d’entendre un Ave Verum accompagné à l’orgue et chanté par une choeur de la paroisse protestante de Compesières (dont le territoire recouvre l’ancienne paroisse catholique et l’ancienne commune de Bardonnex, Perly-Certoux et Plan-les-Ouates) dirigée par le pasteur Sommer. Combien de fois ne l’ai-je pas chanté au siècle dernier, dans les basses et dans les ténors, cet hymne au Christ-Roi, vrai homme et vrai Dieu?

DAEB6926-5614-4BD1-B35F-0BF517B6CDA4.jpegLe pasteur Corthay a orienté son propos sur le thème « Choisis la vie » et proposé une confession de foi dialogué originale (pour un catholique). Il m’avait invité au début de la cérémonie à dire quelques mots. Que dire sinon Bienvenue chez vous… bienvenue chez nous… et d’évoquer la géographie ecclésiastique, qui nous sépare depuis une bonne quinzaine d’années et a rattaché la paroisse catholique de Compesières à Troinex et Veyrier, brisant un peu le dialogue oecuménique que nous entretenions avec nos amis réformés. Espérer que l’Unité pastorale des Rives de l’Aire, comprenant Lancy, Plan-les-Ouates et Perly, forme avec l’UP Carouge Salève Acacias bientôt une seule unité Genève Sud, cohérente avec la géographie protestante. Se réjouir enfin de la paix qui règne ici entre nos deux confessions.

La fête s’est ensuite poursuivie à la salle communale de Bardonnex autour de nombreux stands dont six de repas variés et de tables joliment décorées avec des fleurs de papier, multicolores, pas du tout Made in China mais confectionnées avec soin par un Monsieur Petit, habitant Perly.

Le président, Charles Steiger de Landecy, a expliqué aux convives que la présence de cette salle communale en plein champ tenait sans doute un peu à l’ancienne chapelle de la persécution, qui fut démolie en 1976 pour faire place à l’actuel centre communal de Bardonnex (promis dit-on à une prochaine démolition précoce pour y bâtir 12 ou 14 classes d’école qu’on ne sait en ce temps de gouvernance experte ériger dans le hameau de Compesières).

B9670E63-141D-4556-A2B5-7E5DB98C6EC5.jpegL’architecte, que l’association pour l’orgue 21 a choisi pour l’accompagner dans son projet de reconstruire l’instrument de l’église, n’a pas pu dire pour ne pas lasser l’assemblée que cette chapelle fut bâtie à la fin du XIXe siècle par les catholiques de la région restés fidèles au culte romain et privée de leur église par la régime radical d’alors qui réclamait que le clergé prête serment à la République, favorisant l’émergence à GEnève du culte catholique chrétien.

Par parenthèse, la France d’aujourd’hui n’est pas moins radicale, qui  exige des cultes qu’ils signent une déclaration reconnaissant la primauté des lois de la République sur celles des religions.  (JFM)

 

Lire aussi: Une messe à la cathédrale, un culte à Compesières

 

 

Les commentaires sont fermés.